Action ou vérité de 2018 fait rire

Spread the love

Le film Action ou vérité ne vaut pas celui de 2017, ni celui de 2012 (5/10).

Action ou vérité Jeff Wadlow
« Action ou vérité ! » © Michael D’Amour

Action ou vérité de Jeff Wadlow est l’un de ces nouveaux blockbusters vite oubliés.

Soi-disant étiqueté comme le « film d’horreur dérangeant avec une bande-annonce effrayante », je ne le conseille absolument pas.

Visuellement et objectivement, ce blockbuster fait partie, à mes yeux, des mauvais films. Et oui ! Surtout de ceux qui sont si mauvais qu’ils sont involontairement hilarants. D’ailleurs, les réactions absurdes et les dialogues stupides de chaque protagonistes provoquent irrémédiablement le naufrage de l’idée de base exploitée en 2017 pour la télévision. De plus, ce film classé PG-13 n’est pas aussi graphique que Destination Finale et donne une impression de déjà-vu. Même si on peut rire de la méchanceté, c’est sans énergie.

En effet, les choses déroutantes à l’intention d’un public décérébré sont légion, ici. Par exemple, un haussement d’épaules à la vu de la mort d’un personnage principal (?) ou le fait de regarder une vidéo effroyable plusieurs fois d’affilé sur son téléphone portable marquent un certains décalage… générationnel. Cette histoire a non seulement des exécutions qui ne sont pas originales, mais aussi un sujet dont le fil rouge est calqué sur le dénouement d’une série télé.

En conclusion, ce film parlent de bobos très antipathiques — possédés par Chris Cunningham (Aphex Twin) — qui montrent honnêtement et tout simplement des nouveaux styles de comportements jugés acceptables dans votre société. En conséquence de cela, je ne peux en aucun cas me sentir concerné par des prouesses cinématographiques éphémères. D’où ce conseil, ici. Si vous voulez regarder un film et en rire avec des amis, Truth or Dare de 2018 est un choix judicieux. Assurez-vous, tout d’abord, d’avoir de faibles attentes. Ha, ha, ha !

Ps: Le storyboard a été dessiné par l’illustre Frank Forte. Ce dernier apparait au côté de Al Columbia dans la bande dessinée From Beyonde (1991). Il avait fait le storyboad de Insidious : La Dernière clé et d’autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.